IMG_0018

IMG_0021

IMG_0069

IMG_0088

IMG_0107

Bonjour à tous,

Après avoir annulé mon circuit en Grèce,en 2017 puis les cinq terres, et les pays Baltes en 2018 mais voyant que j'avais pu repartir en sept en Grèce, j'ai voulu repartir une semaine me changer les idées et découvrir l'île de Ténérife

 

Pourquoi Tenerife, île volcanique avec alternance plage, montagne, beau temps assuré, possibilités de petites randonnées faciles, pas trop loin donc pas trop d'avion, prix très attractifs, etc.

 

Voici donc ci dessous mes premières impressions.

D'abord la rareté des autochtones, 905 000 hits, la profusion de touristes > 5 millions dont une grande majorité d'anglais et d'allemand.

Le tourisme étant la principale source de revenu dès les années 70 et encore plus depuis les années 2000 où la croissance de l’Espagne c'est accélérée.

La construction immobilière a souvent du être plus rapide que la mise en œuvre d'un plan de protection du littoral Que de béton !

J'ai trouvé les infrastructures routières en très bon état avec un nombre de ronds points impressionnant,

La plus part des villes côtières sont bien organisées avec des zones piétonnes, de larges avenues et font que la circulation est assez facile pour un nombre de voiture supérieur à celui du nombre d'habitants.

Les plages sont peu nombreuses de sable noir de galets et plus rarement de sable doré (parfois importé), des promenades aménagées bordées côté mer de palmiers et de l'autre de restaurants et magasins de souvenirs.

 

En quittant le bord de mer on prend très vite de l'altitude, à travers les terrasses où la culture beaucoup sous serres, principalement des bananes, des tomates etc, résistent à l'implantation immobilière. Parfois on quitte le soleil au bord de mer et on traverse les nuages pendant 400 m ou 500 m de dénivellation avant de le retrouver. Le centre de l'île très montagneux offre un spectacle grandiose de coulées de lave, magma etc, le vent y est parfois très violent. Le jour où j'y étais le téléphérique qui monte presque jusqu'au sommet du Teidé étais comme souvent arrêté, et il était difficile de tenir debout.

Prochainement je vous parlerai de ces vacances sous un autre angle.