Comme beaucoup de gens la retransmission en directe de l'incendie de Notre Dame de Paris m'a cloué devant la télé, la rediffusion des mêmes images des mêmes interviews m'énervait mais l'impression de mieux partager la douleur, la tristesse, l'impuissance me,forçait à rester.

 

Aujourd'hui je suis mal à l'aise ;

-devant l'overdose d'informations concernant cet événement,

-devant la course aux dons engagés par les grands groupes capitalistes et les grandes fortunes avec peut être parfois une course sinon au crédit d’impôt mais à la notoriété., alors que parallèlement des gens ordinaires feront eux un réel sacrifice pour participer à aux collectes,

-devant le fait que les médias ne s'y étant pas intéressés,le budget pour les travaux qui avaient démarrés était très loin d'être bouclé,

-l'absence totale des mots « carême , semaine sainte » dans les médias avant cet incendie et que là une France qui se découvre chrétienne.

 

Bien qu 'appréciant et défendant notre patrimoine architectural, culturel, etc j'essaie de toujours faire passer l'humain en premier lieu, on possède un fond énorme qui permet de connaître Notre Dame, ne pourrait on pas reconstruire au plus simple en mettant en place des outils pour approcher au mieux l'ancienne cathédrale et consacrer tous ces millions annoncés à la construction de logements, d'écoles, d' Epad, à l'amélioration de nos hôpitaux etc.

 

Que la suite de cette catastrophe nous serve à réfléchir, à situer nos vraies valeurs.